fbpx

Quel équipement pour faire du vélo par temps de pluie ?

par | 15 Déc 2021 | Équipements du cycliste en ville | 0 commentaires

Chez Jean Fourche, nous avons posé nos valises à Bordeaux. Et qu’est ce qu’on trouve à Bordeaux très souvent ? 

Du vin. Oui. On aime ça. 

Des cannelés. Oui. On aime ça aussi. 

De la lamproie. Oui…

MAIS SURTOUT DE LA PLUIE. TELLEMENT DE PLUIE ! TROP DE PLUIE ! ET ON N’AIME PAS CA. 

Comme on aime le vélo, on se met des œillères et on trouve des solutions.

L’équipement indispensable pour faire du vélo par temps de pluie

Que ces équipements soient proposés sur le vélo, ou qu’ils équipent le cycliste, ils seront d’une évidence et d’un confort fou pour quiconque les essaiera. Teasing.

Les gardes boues

Alors quand on parle de vélo de ville, on peut avoir des images de fixie en tête. Un vélo épuré, de coursier, qui va vite… Mais la réalité, c’est que le véritable vélo de ville possède forcément des gardes-boues. La raison est simple, sans garde-boue, en cas de pluie, vous allez repeindre vos souliers, pantalons et autres vêtements. Sans oublier de vous hydrater avec les projections d’eau… Finalement, rouler sans garde-boue par temps de pluie c’est un peu comme ouvrir en grand ses fenêtres de bagnoles quand il pleut. Personne ne fait ça. Enfin je crois pas. En fait, je ne sais pas, je ne fais que du vélo. 

L’idéal est d’avoir des gardes-boues rallongés sur la roue avant. Avec des bavettes c’est le petit plus. C’est tout du moins ce que l’on propose sur nos vélos. Ainsi, les projections n’atteindrons que peu vos effets. Vous garderez alors votre superbe sourire en arrivant à votre destination. 

Le bon vieux ciré

On ne sait jamais vraiment à qui on a affaire quand on écrit sur l’internet, alors il est toujours bon de partir de la base. Quand il pleut, il faut mettre un vêtement de pluie, dit imperméable. Je n’ai que peu de choses à ajouter sur ce sujet. Cet accessoire indispensable sera plus ou moins dispendieux en fonction de la marque choisie et de la matière. Mais ça vous le savez, inutile de s’attarder sur le sujet sauf pour vous dire que chez Jean Fourche on est adeptes de Guy Cotten qui fabrique en France.

Le pantalon de pluie et ou la cape de pluie

Étrangement, le pantalon de pluie n’est pas forcément un réflexe chez tous les cyclistes. La raison est simple à mon sens. Ce n’est pas que ce n’est pas pratique, c’est simplement que l’on possède rarement un pantalon de pluie si l’on est pas habitué des deux roues. 

Pour ma part, je me souviens de cet achat comme si c’était hier. Il a révolutionné mon quotidien pluvieux bordelais. Avant, j’arrivais au travail toujours sec du haut du corps, avec le pantalon intégralement trempé. L’eau ruisselant de ma couche imperméable supérieure directement sur mes cuisses. Mais ça c’était avant. J’ai mis un peu de temps à faire le pas, je ne sais pas pourquoi. Mais après l’acquisition de ce pantalon de pluie, mes tenues se sont mises à resplendir au départ comme à l’arrivée de chacun de mes trajets. Cela m’a permis d’arrêter de faire sécher pantalon et chaussures sur le radiateur, sans pouvoir bouger de derrière mon bureau. Ça a changé ma vie. J’exagère un peu, mais bon, c’est pour appuyer mon propos. 

Comme pour la veste imperméable, cet achat dépendra des moyens de chacun. Privilégiez les pantalons équipés de sur-chaussures. Sinon il faudra ajouter cet élément à votre attirail. 

Dans le cas où votre vélo est équipé de garde-boue, le poncho peut être une bonne alternative protégeant haut et bas du corps en un seul vêtement. Il sera en revanche moins efficace pour le pantalon et les chaussures. 

Les sacoches

Alors oui, ça ne va pas vraiment vous protéger de la pluie… Mais ça protégera vos affaires. Je classerai les sacoches dans la même catégorie que le pantalon de pluie. Celle du changement de vie. Fini de porter un sac à dos inconfortable. Les sacoches apportent un véritable confort au quotidien. Si vous les choississez pour, elles sont également imperméables, permettant de garder au sec vos affaires de valeur. Si on va plus loin, on peut même imaginer qu’elles vous servent à stocker vos affaires de pluie. Et oui, y’en a là dedans ! 

L’équipement d’agrément pour faire du vélo par temps de pluie

Le porte parapluie Popins

A Bordeaux existe une boutique du nom de Popins. Je dirais même plus, une boutique partenaire ;). Son gérant, Thomas Cellier, a inventé le porte parapluie. Un accessoire universel, permettant de fixer son parapluie au guidon de son vélo. Une manière supplémentaire de se protéger de la pluie, inspirée tout droit du Japon. 

Le pare-brise

Et oui, il est possible de fixer un pare-brise sur le guidon de son vélo. Ce dernier viendra vous protéger de la pluie, du vent, des insectes. Légèrement encombrant, il vous assurera confort et protection, si vous acceptez que ça y est, vous privilégiez le confort au style. Non négligeable, il sera également un petit plus pour votre bambin si vous choisissez de le transporter sur un siège enfant fixé sur l’avant de votre vélo. 

La bulle de protection ou toit de vélo

Pour les personnes qui sont vraiment nostalgique de la voiture ? Je ne sais pas trop à vrai dire. 

En résumé

Cet article n’a pas vocation à être exhaustif ni à proposer des articles précis, simplement de dire que oui, il est possible de faire du vélo par tous les temps, pour peu que l’on choisisse le bon équipement. 

A très vite avec de nouveaux conseils de vie, 

Bisous

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.